Christian Delacoux

24 rue Torte, 64800 Montaut, FRANCE

christian@delacoux.com

Bronze et son modéle original en noyer

15 cm de haut

25 cm de long

 

L'ours

  • Bronze numéroté 6/8, patine ours : brune sur fond rouge cuivré.

    Coulé à la fonderie d'art Ilhat à Flourens (31130) en Haute-Garonne.

    En vertu du Code de déontologie des Fonderies d’Art, mes bronzes sont des « originaux ». Ils ne peuvent être réalisés qu’au nombre de 12. Les 8 premiers sont numérotés en chiffres arabes 1/8, 2/8, etc et les 4 derniers, appelés « Epreuves d’Artiste » sont numérotés en chiffres romains EA I/IV, EA II/IV, etc

    Comme la plupart de mes bronzes, sa spécificité est d'être réalisée à partir d'un modèle en bois créé en relation avec la matière. Par la technique de la cire perdue, il devient un bronze qui reste le témoin et le prolongement de cette rencontre.

    Chaque modèle est unique, avec des couleurs parfois très différentes.

    Son modèle original était en noyer. Voici son histoire écrite par mon fils, Martin et extraite du livre qu'il a réalisé sur mon travail.

    ""L’ours en chemin"

    Tout part d'une commande, « un ours en marche », demande précise mais qui laisse la latitude nécessaire à Christian Delacoux. Il s’imprègne rapidement de ce projet et l'animal s’installe en lui. A la recherche du bois qui pourra convenir, il arrête son choix sur un beau noyer pyrénéen de cent ans d'âge, d’une couleur marron veinée de lignes noires exceptionnelles. Un dialogue s'installe avec un morceau de cet arbre majestueux. Pour obtenir un élégant dégradé, le sculpteur place les veines parallèlement au sol et la partie la plus sombre vers le bas. Puis vient une étape primordiale : la recherche de la colonne vertébrale. Le sculpteur commence à dégager le relief du dos. Des cercles concentriques se forment sur l ‘ échine. Il courbe légèrement la colonne, pour suivre ces ondulations qui tournent doucement, comme si elle se tordait au rythme des pas du puissant plantigrade. Là où l'éclat du noyer est le plus remarquable, la tête est positionnée. Une veine court vers la droite : le regard sera donc dirigé dans cette direction, légèrement penché, comme si l'animal apercevait une baie qu'il pourrait croquer. Ici, un nœud oblige l’avant droite à se plier, ce qui accentue l’impression de marche en avant. Lentement, l’ours se positionne pour que le veinage chante au maximum et rentre en résonance avec l'animal pour lui donner une fourrure quasi naturelle. L’impression de mouvement qui réside dans cette sculpture est construite autour de l'observation minutieuse de chaque veine, comme si elles avaient déjà cet ours en marche en mémoire. Dans ce travail de relation avec la matière, l’artiste n'a eu qu'à suivre ce mouvement naturel pour mettre un ours puissant en chemin."

    Mon ours en bronze garde en lui les traces de cette rencontre avec le bois.

    Cette histoire ainsi que la photo du modèle en bois seront remises avec le certificat d'authenticité de la sculpture.